• Close ×
  • Les thés rares dans le monde : de la Chine au Sri Lanka en passant par l’Inde

    Découvrez avec Dilmah un éventail de thés d’exception à travers le monde. Le vin a ses vignobles réputés dans le monde entier. De la même manière, le thé, lui a ses jardins d’exception permettant de produire des Grands Crus et des thés rares.

    Sommaire :
    Les thés d’exception au Sri Lanka

  • Les Grands Crus Watte
  • Le thé blanc de Ceylan “Silver Tips”
  • Le thé Seasonal Flush
  •  
    Les thés d’exception en Inde

  • Darjeeling
  • Assam
  •  
    Les thés d’exception en Chine

  • Keemun
  • Le Pu-erh
  • Le Lapsang Souchong
  •  

    Les thés d’exception au Sri Lanka

    Réputée pour sa diversité et sa qualité, l’île de Ceylan (Sri Lanka depuis 1972) connaît deux moussons par an et a des jardins de thé situés de 0 à 1 800m d’altitude, ce qui garantit une multitude de terroirs et de typicités de thés. L’île de Ceylan est pour le thé, ce qu’est la France pour le vin.

    Les Grands Crus WATTE

    Quatre principales régions se distinguent à Ceylan :

    Carte régions thé Sri Lanka Ceylan

    En haute et très haute altitude, les basses températures font que le théier se met dans un mode de défense pour combattre le froid et, de ce fait, produit plus d’acides aminés, d’hydrates de carbone, de caféine, de polyphénols et sont donc plus raffinés et de couleur dorée.

    En moyenne altitude, les températures sont plus élevées, le sol est graveleux et sablonneux, ce qui donne des thés avec plus de caractère et de couleur ambrée.

    En basse altitude, les températures beaucoup plus élevées, le sol plus sablonneux et à base de quartz donnent des thés plus typés, maltés et de couleur plus foncée.

    Découvrez nos thés Grands Crus WATTE (« jardin » en cinghalais).

    Dilmah met un point d’honneur à respecter le terroir de chaque région et garantit tous ses thés 100% Pure Origine.

    Le thé blanc de Ceylan « Silver Tips »

    Thé rare provenant de la région de Nawalapitiya. Sa rareté vient du fait que les cueilleuses récoltent uniquement le bourgeon du théier, environ 200g par jour, au lieu du bourgeon et des deux premières feuilles de la cueillette traditionnelle appelée « cueillette fine ».

    Le bourgeon est séché à l’abri du soleil, ensuite trié à la pince à épiler et conditionné. Le bourgeon prend un aspect duveteux et argenté d’où le nom « Silver tips » (« Bourgeon argenté »). Tel un champagne Grand Cru Blanc de blancs (100% chardonnay), ce thé blanc est d’une grande délicatesse et offre une liqueur aux arômes de fruits jaunes et de fleurs blanches.

    Découvrez notre thé blanc de Ceylan « Silver Tips »

    Transformation thé blanc Silver Tips

    thé blanc champagne

     

    Le thé Seasonal Flush

    Telle la botrytis cinerea qui se produit dans des conditions bien spécifiques et qui permet la création de grands vins liquoreux, les deux moussons au Sri Lanka (printemps et hiver) permettent de créer les thés rares et uniques « Seasonal Flush ».

    Le vent chaud et sec secondé par des nuits froides et des jours secs avec quelques légères pluies fait subir au théier un grand stress. Ces conditions font que les flaveurs présentes dans les feuilles deviennent très concentrées et donnent des thés extrêmement raffinés et subtiles. Seuls quelques kilos sont produits chaque année quand les conditions le permettent.

    Découvrez notre thé Seasonal Flush 2016 Kelliebedde

    Seasonal Flush Seasonal Flush cueillette the

    Seasonal Flush feuilles the Seasonal Flush transformation the

    Seasonal Flush Tri the

    The Seasonal Flush

    Les thés d’exception en Inde

    L’Inde est le deuxième pays producteur de thés dans le monde avec 1,2 million de tonnes.

     

    Darjeeling

    Darjeeling est l’une des régions les plus réputées dans le monde du thé. Elle se situe au nord-est de l’Inde sur les contreforts de l’Himalaya et signifie le pays des orages.  Le district abrite 80 jardins environ. Depuis le 10 novembre 2011, le thé Darjeeling, considéré comme le champagne des thés, est devenu la première indication géographique protégée (IGP) reconnue en Europe.

    Les récoltes sont rythmées par les saisons et sont au nombre de 3 :

        • First Flush (mi-mars à fin mai) : Donne des thés légers aux arômes complexes et des notes de muscat.
        • Second Flush (fin juin à mi-juillet) : Donne des thés plus ronds, fruités et boisés.
        • Les récoltes d’automne (octobre – novembre) : Donne des thés riches aux arômes puissants.

    Découvrez notre thé Darjeeling Single Estate

     

    Assam

    La découverte du thé d’Assam est attribuée à un certain Robert Bruce, aventurier écossais. Il avait remarqué que les autochtones (les Shinghpos) faisaient du thé à partir de feuilles de théier et il trouva des théiers à l’état sauvage dans la jungle d’Assam : le camellia sinensis var assamica.

    Assam est la région la plus productrice de l’Inde. La grande majorité des thés sont transformés selon la méthode industrielle appelée CTC (Crush – Tear – Curl). Les thés produits selon cette méthode sont largement utilisés dans la composition des mélanges pour les thés Breakfast…

    Néanmoins, des très beaux jardins pratiquant la méthode orthodoxe traditionnelle, comme ceux avec qui Dilmah travaille, produisent des thés d’Assam raffinés aux notes boisées et épicées.

     

    Les thés d’exception en Chine

    Berceau du thé, la Chine a influencé l’histoire de cette boisson à travers ses différentes dynasties : de la dynastie Tang (thé bouilli), à la dynastie Ming (thé infusé), en passant par la dynastie Song (thé battu), la richesse des traditions chinoises se reflète dans la diversité des thés de Chine.

    La chine produit principalement du thé vert (64% – source FAO 2016) avec quelques grands crus issus de cultures artisanales : Long Jin de la province de Zhejiang et le Huang Shan Mao Feng de la région d’Anhui pour en citer quelques exemples.

    Les thés noirs sont souvent appelés « thés rouges » par les chinois en référence aux notes cuivrées de l’infusion, à ne pas confondre avec l’infusion de rooibos souvent appelée thé rouge. Parmi les plus reconnus, le Keemun, Le Pu-erh et le Lapsang Souchong.

    Keemun

    Le thé Keemun qui vient du comté de Qimen dans la région de Anhui est considéré comme un des thés noirs les plus fins de Chine. Le Keemun présente une délicate feuille noire qui produit une liqueur auburn foncé aux notes chocolatées, maltées et fruitées. On reconnait sa finale florale délicate d’orchidée, typique des Keemun.

    Découvrez notre thé Keemun

     

    Le Pu-erh

    Ce thé noir produit dans la province de Yunnan doit son nom à la ville de Pu-erh. Il est devenu très populaire depuis la dynastie Tang qui en dégustait pour faciliter la digestion, et depuis plus récemment pour réduire le cholestérol. Les Pu-erh sont produits de deux façons différentes :

        • Le Pu-erh sheng (cru) : connu pour son caractère riche. Les feuilles sont compressées le plus souvent en galettes et s’oxyde lentement au contact de l’air. La fermentation s’étale sur plusieurs années.
        • Le Pu-erh shou : Après avoir été transformés, les thés subissent une fermentation accélérée de 45-65 jours.

    Ce thé post-fermenté offre une liqueur aux arômes typiques de sous- bois avec des notes herbacées et légèrement boisées.

    Découvrez notre thé Pu-Erh

     

    Le Lapsang Souchong

    Le thé Lapsang Souchong trouve ses origines pendant la dynastie Qing de 1644 à 1912 dans la région de Fujian. La légende raconte qu’une armée avait campé dans une tea factory et de ce fait, la production de thé avait été suspendue. Lorsque les employés sont revenus dans la factory, ils ont réalisé que le thé n’allait pas être prêt pour le marché. Ils ont donc séché les feuilles avec un feu de bois de sapin, ce qui a donné des notes fumées bien distinctes.

    Découvrez notre thé Lapsang Souchong